Punch Night : Mathilde Mignier en tête de file !

Par Luxo
Photos : FB de Mathilde et Mohamed, avec leurs autorisations.

Le gala de « Savate Pro » organisé à BLAGNAC par Mohamed BENGUENAOUI et Siriki KONDE le 15 Avril mettra à l’affiche le talentueux Modibo DIARRA. Si ce dernier est une vraie locomotive pour les sports de combats à TOULOUSE, cet article veut aussi rappeler que la région Occitanie reste un fief majeur de la Savate Boxe Française, sport reconnu comme une excellente école pieds-poing.
Comment expliquer cela ?
Par le passé, la présence du club renommé du TOAC y a fait pour beaucoup, ce club ayant donné plusieurs grands champions à la Ville Rose et ainsi développé des vocations sportives et une vraie culture de la « B.F ». En 2017, les résultats impressionnants du T.M.B (qui hissent 6 athlètes en finales Elite « A » parmi les 14 possibles !) sont eux aussi remarquables. Enfin l’implantation de longue date du Pôle France Savate Boxe Française au CREPS de TOULOUSE attire les athlètes en quête de cursus scolaires encadrés et de performances sportives de haut niveau.
Fort de ce constat, il nous paraissait utile de mettre en lumière la (presque) locale Mathilde MIGNIER, ambassadrice d’une Savate Boxe Française qui réussit son pari que d’amener les filles vers les rings. Redoutable d’efficacité, victorieuse lors des finales Elite « A » 2017, la jeune femme a précédemment collectionné les titres en Assaut et à ce titre, offre une grande technicité aux amateurs de beaux gestes…
Vous aurez compris que pour les amateurs et surtout les 40 % de licenciées en Boxe Française (soit 21834 féminines, si on veut être précis), Mathilde est l’athlète à suivre de cette fin de saison !

Salut Mathilde ! Merci de te prêter au jeu de l’interview et commence si tu veux bien par les présentations d’usage en Boxes … Ton vécu sportif, tes catégories de poids, tes années de licence, tes clubs depuis tes débuts ? Que doit-on retenir ?

Pour commencer, on peut évoquer mon parcours en disant un mot sur ma famille, si tu le veux… Avec un père enseignant d’EPS et ancien cadre fédéral en Badminton, j’étais sensibilisé aux bienfaits du sport de longue date. Mais ceci sans préconçus, je me suis essayé à tout ! J’aimais beaucoup la gymnastique, ainsi que le football que j’ai pratiqué en parallèle de mes débuts en Savate Boxe Française, en 2002 dans le club de Youns Maafi (Club du COUSERANS Multi Boxes, en Ariège). A un moment, il a fallu choisir entre ces activités et peu à peu, j’ai privilégié la B.F.

Que gardes-tu en mémoire de tes débuts ?

Au début, j’ai boxé par seul plaisir de la « belle Boxe », du geste sportif parfait. J’ai pris conscience assez tôt, sans doute vers l’âge de 16 ou 17 ans, que nous pouvions offrir un beau spectacle. J’aime l’idée que mon sport mette en avant une gestuelle la plus aboutie possible, peut être est-ce pour cela que je pratique un sport aussi codifié.

Quelques années après tes débuts en compétition, quel est ton palmarès ?

Celui d’une entêtée, manifestement ! Car chez les jeunes, avant d’obtenir des titres, j’ai été six fois Vice Championne de France en Assauts. Par la suite, j’ai intégré le Pôle Sports Etudes du CREPS en Septembre 2010, j’ai travaillé dur et les choses ont bien fonctionné selon les objectifs que je m’étais fixé, à savoir construire ma vie professionnelle mais aussi tenter de performer en Savate Boxe Française.
J’ai été plusieurs fois Vice Championne de France, mais une seule fois en jeune, le reste c’était en junior/sénior, et en Assaut (-56kg) : Championne de France Technique 2013, 2014, 2015, 2016, puis Championne d’Europe Technique 2013, 2015 et enfin Championne du Monde Technique 2014, 2016.
J’ai obtenu la Médaille d’or aux « World Combat Games » de 2013, une belle compétition !
En Combat, toujours en -56kg, j’ai été Championne de France Espoir 2014, j’ai remporté le Tournoi de France 2015, 2016 et enfin Championne de France Elite 2017.

Et sur le plan professionnel ? Ton statut d’athlète de haut niveau a-t-il été utile ?

J’ai obtenu le concours du CAPEPS en juin 2012, je suis enseignante en Lycée et Collège. Je n’ai fait valoir mon statut que pour éviter des mutations lointaines et ainsi rester près de mon lieu d’entrainement. Je n’ai jamais bénéficié d’avantages durant mes études et la charge d’entrainements biquotidiens, avec ou sans statut de haut niveau, reste un sacré défi personnel à relever… A titre d’exemples, du fait des compétitions qui s’enchainent, cela fait six ans que je n’ai pas pris de vacances sportives !
J’ai aussi passé les diplômes d’entraineurs au niveau fédéral : BEES 1er degré en Savate BF obtenu en 2011, et instructeur fédéral en 2014.

Pour beaucoup d’observateurs, le niveau des finales Elite « A » était élevé cette saison… As-tu un regard d’ensemble sur tes partenaires de l’équipe de France et sur ces finales 2017, garçons et filles confondus ?

Que dire ? J’ai peur d’oublier l’un d’entre eux mais le retour d’Enoch EFFAH fait un bien fou à la discipline, évidemment. Chez les garçons, le niveau de Dylan COLIN est extraordinaire et la finale de Nassibou et Albertus chez les – 75 kg, quel combat ! Chez les 70kg, le futur de notre discipline s’est peut être révélé avec la belle victoire de Charles Denis.
A son propos, je relève qu’il réussit comme moi le passage de l’assaut vers le combat, alors que beaucoup disaient que cela ne marcherait pas…
Chez les filles, on retient cette année encore les valeurs sûres que sont Marion MONTANARI, Maurine ATEF ou Cyrielle GIRODIAS, ce sont de sacrées guerrières avec une frappe impressionnante.

Et quel souvenir garderas-tu de ta propre finale remportée face à Flora Yanga ?

J’ai perdu le peu de capital confiance que j’avais après ma victoire contre elle en tours de Poules pour cette finale. En effet, Flora était une référence pour moi, présente depuis six ans en finale et issue de la bonne école du TMB en combat.
Au final, rien ne s’est vraiment passé comme je l’attendais, les stratégies évoquées n’ont pas vraiment été vérifiées, j’ai essayé à mon habitude d’offrir un combat propre et j’ai mis de l’intensité lorsque cela était nécessaire mais sans forcément en avoir conscience.
Je suis en tout cas ravie de cette victoire qui m’offre d’autres opportunités ! Le tournoi de qualification des championnats du Monde arrive bientôt, à Varazdin en Croatie en Juin 2017…

Pour le gala de BLAGNAC, tu boxeras en Savate Pro ? Que sais-tu de ton adversaire russe Valeria Kolosheina et de la discipline ?

La discipline impose moins l’armé des coups et a une tolérance importante sur les frappes tibiales mais pour ce qui est de mon adversaire, je n’ai pas d’information précise et à vrai dire, je n’en cherche pas ! J’ai eu l’occasion de mettre les gants cette saison avec la très puissante Lizzie Largillière, titrée en Full Contact, j’espère que notre échange va continuer à porter ses fruits. Ma préparation ne diffère pas, j’ai à envisager cette échéance comme une rare occasion de boxer « à la maison » et je sais que les combattantes de l’Est ne viennent jamais pour faire de la figuration ! J’espère cette fois encore permettre un beau spectacle !

Les mots des hommes de coin

Youns MAAFI (COUSERANS Multi Boxes, 09) :
« Mathilde est devenu très tôt, une référence pour les pratiquants du club et des environs. Nous en sommes très fiers et notamment les jeunes, pour ses superbes performances sur le ring en Assaut, à tous les niveaux. Mathilde présente une remarquable capacité de travail. Elle est une technicienne appliquée qui dispose d’un bon sens tactique. A ces qualités viennent s’ajouter une sérieuse détermination avec ténacité dans l’engagement. J’ai toujours plaisir à observer les performances de Mathilde. La voir évoluer ainsi nous motive et stimule l’engouement chez les pratiquants. Mathilde est un bel exemple, dont chacun peut s’inspirer ! »

De Siriki KONDE et Mohamed BENGUENAOUI (Coach et organisateur du PUNCH BLAGNAC) :
Pour Siriki, «Mathilde est clairement une grande championne, qui marque l’histoire de notre sport. Elle est à la fois esthétique et efficace, elle a su d’ailleurs faire parler ces deux qualités lors de sa victoire Elite A cette saison. Exigeante avec elle-même, elle a une grande faculté d’adaptation et elle peut encore nous surprendre dans les années à venir. Elle fait partie de ces boxeuses que l’on retiendra en Savate Boxe Française. »
Pour Mohamed, «  l idée de vouloir faire combattre Mathilde en Savate Pro, c’est lui donner l’occasion de se confronter à une figure montante en Russie. Ce sera là un gros challenge, aussi j’ai clairement hâte d’y être ! »

Nos partenaires

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s