En continue

La FFKMDA va former 25 profs d’EPS ce week end à l’INSEP

logo_ffkmda1Pour répondre à certaines interrogations nous nous appuyons sur le document de Laurent Bois qui explique en plusieurs points cette nouvelle action.

Directeur Technique National Adjoint de la Fdéréation Française de Kick boxing, Muayhtai et Disciplines Associées, Laurent Bois est en charge du développement des pratiques scolaire et universitaire. Il faut bien admettre que cet ancien professeur d’éducation physique et sportive ne ménage pas ses efforts pour le développement du pieds-poings au sein de l’éducation.

Après la mise en place des championnats de France universitaire qui connaissent un véritable succès auprès des étudiants, c’est la formation des enseignants que Laurent met en place dès le week end prochain (du 30 septembre au 2 octobre 2016) à l’INSEP. L’idée est simple : amener le kick boxing dans les écoles ! Evidemment c’est un chantier qui n’est pas simple mais il est nécessaire pour le développement de nos sports. L’idée est simple : formé les profs d’EPS à l’enseignement du kick boxing : « De nombreuses associations dynamiques sous convention interviennent avec des écoles dans le cadre des activités périscolaires, en utilisant l’outil pédagogique fédéral « School gum » (ainsi que pour le dispositif d’accompagnement éducatif). Des cours et des animations s’appuyant sur le Kick boxing sont ici proposés aux élèves du premier ou du second degré. Le Kick boxing est une activité présente sur tout le territoire, mais également dans les zones urbaines sensibles et les quartiers prioritaires de la politique de la ville. La transmission des valeurs éducatives des disciplines de combat comme le Kick boxing sont au cœur des préoccupations de la fédération. Les notions de respect des règles, de soi et de l’autre, nous semblent être un socle indispensable constitutif de la pratique sportive d’opposition.
Le contexte sociétal préoccupant rend plus que jamais importante la mission éducative des fédérations sportives qui par la capillarité du réseau de leurs clubs sont en capacité de transmettre les valeurs essentielles de la République et du vivre ensemble.Le développement de la pratique scolaire du Kick boxing, grâce au sport scolaire et à l’EPS, nous semble aujourd’hui être un enjeu d’importance répondant à une demande sociale. Eu égard aux spécificités du Kick boxing, dans le cadre d’une pratique maitrisée et réglementée, nous avons la possibilité de transmettre un message fort d’apprentissage de la règle, de maitrise de ses émotions et du goût de l’effort, valeurs essentielles constitutive de la société et de l’Education Nationale. »

capture-decran-2016-09-28-a-18-52-06C’est à un projet intéressant qui rend tout son sens même s’il ne sera pas simple à mettre en place :  » Jusqu’à à l’année 2015/2016, cette discipline n’était pas inscrite dans les programmes d’EPS de l’Education Nationale. Les enseignants étaient contraints d’utiliser des APSA (activité physique sportive et artistique) répertoriées sur une liste pour conduire leur enseignement. Le Kick boxing n’en faisait pas partie. Pour autant, la thématique de l’apprentissage d’une gestion maitrisée du rapport de force interindividuel, à travers la pratique d’APSA de combat, est une compétence fortement visée par les enseignants d’EPS.

Depuis la parution des nouveaux programmes, applicables à la rentrée 2016 (cycles 2, 3, 4), il n’y a plus de liste obligatoire d’APSA supports que les enseignants doivent utiliser. Aucune restriction n’est prévue dans les programmes d’EPS et ce sont les « activités de combat » qui sont citées. Cette fois, le Kick boxing peut donc être proposé par les professeurs d’EPS. C’est une des raisons pour laquelle la fédération souhaite fortement s’investir dans le développement du Kick boxing scolaire, à travers le Kick light.
C’est pourquoi la fédération organise, du 30 septembre au 02 octobre 2016 à l’INSEP une formation nationale au monitorat de Kick boxing réservée aux professeurs d’EPS. Cette formation, mise en place en partenariat avec la FFSU, donnera aux enseignants l’opportunité d’obtenir une qualification fédérale en Kick boxing. Cela permettra également d’avoir un réservoir d’enseignants spécialistes pouvant intervenir et animer des stages de formation continue. »

Evidemment, il y a toujours cette notion de risque puisque nous parlons ici de sports de percussion, ces coups justement qui souvent décriés par le grand public. Il n’en sera rien ici puisqu’il s’agit de pratique light : « Le Kick light, au-delà des enjeux de formation usuellement attribués aux sports de combats, connait plusieurs avantages et intérêts à être enseigné en EPS. Cette APS d’opposition possède une logique interne de gestion du rapport de forces tout à fait intéressante à développer avec des élèves pour plusieurs raisons :
-Les valeurs véhiculées par l’enseignement du Kick boxing répondent pleinement à certaines préoccupations sociétales priorisées à l’école comme la citoyenneté.
-Sa pratique sociale, en tant que référence culturelle est importante. Sa forte médiatisation (l’Equipe, Canal +, Kombat Sport, Karaté Buschido, réseaux sociaux etc.) et son image moderne, en font une activité bien connue des élèves, en tant que pratiquant ou simple connaisseur ;
une réelle demande existe, source de motivation, si l’on en croit les propos recueillis par plusieurs enseignants du second degré dans l’Académie d’Aix-Marseille ; ainsi, il est envisageable de viser un nombre élevé d’élèves intéressés par cette pratique dans le cadre de l’AS d’établissement ;
La notion de « touche » garantissant une pratique en toute sécurité est adaptée à la pratique pour les élèves.
-La surface d’opposition règlementaire (une surface délimitée au sol) favorise un aménagement du milieu facilitant pour les cours d’EPS, au regard des contraintes matérielles et d’aménagement de l’espace auxquelles doivent faire face les enseignants.
Son organisation permet la mise en place d’une pratique avec peu de contraintes : pieds nus et en short, avec une paire de gants bien entendu.
Les modalités de jugement, utilisant un matériel adapté facile d’utilisation, valorisent et engagent volontiers les élèves dans la tenue des rôles sociaux de juge et d’arbitre.
-Enfin, ce qui nous semble également représenter une plus-value intéressante dans l’apprentissage et l’enseignement du kick light, tient dans sa règlementation et ses fondamentaux : la richesse et la variété des techniques offensives et défensives permettent un grand nombre de situations d’apprentissage. Les multiples possibilités de délivrance des touches, dans plusieurs distances par rapport à l’adversaire et sur des cibles variées, représentent de nombreuses possibilités d’informations complexes à traiter et permettent à plusieurs profils d’élèves d’être en réussite. »

C’est un travail de patience et de construction que de démocratiser les boxes pieds-poings. Le passage par la reconnaisse de l’éducation nationale est un véritable pas en avant qui portera ses fruits c’est une certitude même si la notion de plaisir dans la pratique doit restée primordiale. Dès ce week end, 25 enseignants seront formés, devenant de véritables ambassadeurs d’une volonté de développement de nos sports.

Fiche d’inscription . Fiche explicative

En lien direct avec le web

box fight-night krush kunlun
ufc ndc bellator k1
afld
k-1-euro1 iska wkn wmc

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :