En continue

« Paroles de … jeunes champions » (Episode 4)

Par Luxo

Crédit photo : Nathalie Poisson, droits réservés

Donner la parole aux jeunes champions de la saison passée, c’est se rappeler que nous avons tous été à leur place, prêt à rêver de gloire à chaque rentrée sportive!
En ces temps troublés, donner la parole aux jeunes, c’est valoriser le travail de terrain que mènent les bénévoles des clubs, ces activistes de l’éducation sportive, qui ont la passion des sports de combat chevillée au corps. Car c’est aussi au sein des clubs sportifs que se joue la rencontre des communautés et classes sociales.
Nous dédions donc simplement cet article à tous les «minots» qui grandissent près des rings et qui forgent, tous ensemble, des valeurs de solidarité qui les guideront bien longtemps…
Il est aussi important de rappeler que le choix du club du B.F.G.B (« Boxe Française Grande Bastide » ) n’est pas anodin, parce quand on parle de passion et de boxe à Marseille, le nom de Laurent DEBONO vient à l’esprit. Fin technicien et combattant très expérimenté, « Lolo » donne désormais de la voix dans le coin, et cela commence à porter ses fruits. Portraits en quelques lignes donc de Clément, Lena, Aurélie et Tony…

Petites présentions sur le plan personnel sportif ?

Clément Marie-Anne : Salut à tous, j’ai 15 ans et je viens de finir mes études pour aller travailler en tant que plombier. Dans la vie, je suis plutôt calme mais aussi assez « réactif »

Léna Ricard : Salut ! Moi j’ai 16ans, je suis en Seconde Assp (Accompagnement Soins et Services à la Personne), j’ai commencé la boxe à l’âge de 10ans, dans le club BFGB (Boxe Française Grande Bastide) où Laurent Debono et Johnny Bono sont mes entraîneurs. Je pratique en Kick Boxing, K-1 et Savate Boxe Française.
J’ai fait une trentaine d’assauts, et je vais entamer ma deuxième année de combats.

Aurélie Lombardo : Bonjour, je suis lycéenne, en Bac Professionnel « Service de Proximité et vie locale », dans le social donc… Je suis d’une nature un peu rude, sociable malgré tout et parfois…«nerveuse », tout dépend des circonstances ! Mon mental me permettra je crois d’aller au bout de mes objectifs, petit à petit sans rien lâcher, même si la route peut être longue.

Tony Scotto : Je m’appelle Tony, j’ai 20 ans. Depuis l’âge de 15 ans, je suis apprenti en alternance dans la plomberie/climatisation mais depuis peu en CDI au sein de ma société. Pour mes traits de caractère, on dira : généreux, ambitieux, curieux et vivant.

Quels ont été vos résultats les années passées ?

Clément Marie-Anne : J’ai été champion de France de Kick-Boxing en 2015 et 2016, Champion de France en Muaythai en 2016, et aussi Champion de France de Boxe Française en 2016.

Léna Ricard : J’ai remporté la coupe de France en 2014, puis championne de France 2015 en Kick-Boxing. Par la suite, Vice Championne de France 2016, toujours en Kick-Boxing.

Aurélie Lombardo : J’ai commencé à monter sur le ring lors de galas féminins organisés chaque année par Myriam El Abraoui. Cette année, j’ai décidé de me lancer dans des championnats, je me suis donc inscrite au championnat de France en Full Contact, discipline où je suis devenue Vice-Championne de France.

Tony Scotto : Je suis Vice-champion de France « Combat » en Kick-Boxing en 2014, Champion de France « Combat » en Full-Contact en 2016.

Pourquoi aimez-vous les sports de combats ? Cela vous apporte quoi précisément au quotidien ?

Clément Marie-Anne : Le sport  de combat m’apporte beaucoup dans la vie quotidienne : du respect, de la réflexion et aussi la concentration…Le plaisir d’aller à salle, c’est de se voir évoluer chaque jour, et avec beaucoup d’implication dans ce sport, ça finit par fonctionner.

Léna Ricard : Dans ma vie de tous les jours, je pense que cela m’aide, car je suis déterminée sur mes choix et mes projets, je veux atteindre mon but, que ce soit dans le sport ou le travail. C’est ma personnalité mais aussi cela est lié à mon sport.

Aurélie Lombardo : La boxe m’apporte beaucoup au quotidien, cela m’a appris à me battre dans la vie. Ce sport t’enseigne de ne jamais abandonner, qu’importe la difficulté des choses. Ce sport m’a fait grandir mentalement, m’apporte un soutien évident !

As-tu une anecdote concernant tes coachs du BFGB ? Quels moment sportifs vécus avec te restent en mémoire ?

Clément Marie-Anne : Les paroles du coach qui marquent, c’est quand tu es sur le ring et qu’il te regarde en criant « 30 secondes ! »… A ce moment là, on sait qu’on doit mettre la pression « à fond » sur l’adversaire, c’est un super moment.

Léna Ricard : Quand je vais à la salle je me dis que c’est mon univers, ma passion, j’y retrouve mes amis proches avec lesquels j’ai grandi. Voir mes entraîneurs, ça me booste, ils me poussent au-delà de mes limites et j’ai toujours envie de donner plus pour qu’ils soient fiers de moi. J’ai en tête des phrases précises; Laurent Debono me dit souvent « Allez ma fille on n’est pas venu pour rien, on va rien lâcher » et Johnny Bono me dit « Ma poupoune, ce combat c’est le tien ». Il y a aussi des gestes habituels, dans les vestiaires et à chaque montée sur le ring : Laurent m’embrasse sur le front et me dit « J’ai confiance en toi ma fille » et avec Johnny on se tape dans la main… En dehors du sport, ils ne sont plus mes entraîneurs mais ils restent des personnes importantes dans ma vie de tous les jours.

Aurélie Lombardo : Alors que j’étais à Paris, j’allais monter sur le ring et j’étais stressée… Il y avait beaucoup de monde autour de moi et dans le public. Johnny a trouvé les mots justes, en me disant : « Mais voyons, il n’y a que toi et moi ici ! ». Un bon souvenir avec lui !

Tony Scotto : Je remercie Laurent Debono, auquel je dois tout sur le plan sportif. Dans l’année à venir, j’aimerai devenir professionnel et si le temps fait bien les choses, j’aimerais ouvrir un club et rendre la pareille à mon tour aux plus jeunes.
Je remercie mon club du BFGB pour l’amour et la motivation qu’il m’apporte, j’espère montrer un bel exemple, à l’image de celui que Laurent Debono m’a transmis. J’ai retenu l’une de ses phrases qui m’a beaucoup touché « depuis le jour où  tu es entré dans le club, j’ai mis ma pièce sur toi et tu es ma plus grande fierté », c’est une belle récompense pour un jeune combattant comme moi !

As-tu des modèles dans le milieu des sports de combats ? Un rêve à poursuivre dans les années à venir ?

Clément Marie-Anne : Je vise dans les années à venir une place en équipe de France et je veux ramener plusieurs titres européens et mondiaux à mon club. Le sportif préféré ? Je n’en ai pas vraiment…

Léna Ricard : J’ai toujours beaucoup aimé la philosophie autours des combats de Bruce Lee , que l’on peut réussir par l’effort, qu’avec persévérance on s’en sort. J’aime beaucoup aussi Buakaw pour sa technique : son style de boxe est rapide, explosif, les coups de pieds sont beaucoup utilisés, il s’adapte à tout boxeur. Mon rêve serait de devenir « pro », de bâtir un beau parcours sportif.

Aurélie Lombardo : Je n’ai pas forcément de sportifs qui me font rêver, j’ai de l’admiration pour ceux qui montrent beaucoup de travail et de persévérance. Dans les prochaines années, j’aimerais avoir un titre national, qui me permettra d’être fière de moi et de me dire que « le travail paye ».

Tony Scotto : Mes exemples en matière sportive ? Un peu tout le monde, car je pense qu’il faut prendre toujours le bon de chaque personne…

Les mots de la fin est pour le coach qui anime cette belle équipe, Laurent DEBONO et pour la photographe qui illustre cet article, Nathalie POISSON.

Laurent DEBONO : « Je donne de mon temps du fait de ma passion pour les boxes pieds/poings, mais j’ai aussi pris goût à ne pas voir traîner les jeunes dehors et prendre le mauvais chemin, ce qui n’est pas impossible, surtout à Marseille ! Notre club du BFGB est assez populaire dans le quartier, tout le monde me connait depuis tout petit, je porte un nom qui n’est pas inconnu ici…On connaît mon nom de famille via le football car mon oncle était un professionnel, à une époque importante pour l’OM. Par la suite, la vocation sportive et familiale est restée, en boxe. J’ai au club et en tant qu’enseignant un haut niveau d’exigence, et de ce fait, j’ai affaire à un groupe de jeunes compétiteurs très engagé : je leur donne beaucoup, aussi je sais qu’ils ne me déçoivent jamais. Quelques soient les résultats, ils vont au delà de leurs limites et c’est ce qui me plaît, ils ne lâchent pas mentalement et se motivent sans cesse lors des compétitions comme lors des entraînements.
Par ailleurs, en dehors de la boxe, il m’est arrivé de prendre en bateau certains de ces jeunes pour aller dans les Calanques ou en amener en Mer avec moi, ils participent le dimanche lorsque je vais courir, c’est comme cela que nous vivons la vie de club, avec une proximité et un lien fort entre coachs et élèves.
Je profite de cet article pour saluer mon ami et enseignant au club Johnny BONNOT. Son travail de préparation physique est très performant, il sait trouver les mots avec les compétiteurs et avec mes apports technico-tactiques, nous formons un beau duo qui a de belles années à vivre, au service de nos jeunes et des Boxes Pieds-Poings. »

Nathalie POISSON : « En quelques mots, je veux démontrer par mes photos que dans un club digne de ce nom, la boxe est plus qu’une passion, c’est un mode de vie rigoureux. Le BFGB est une grande famille où chacun évolue et apporte son expérience aux autres, l’idée de la transmission sportive ressort j’espère dans mes prises de vue « .

En lien direct avec le web

box fight-night krush kunlun
ufc ndc bellator k1
afld
k-1-euro1 iska wkn wmc

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :