En continue

Yohan Lidon, superstar à Saint Tropez !

MANU_DA_LUZ_Y.LIDON_(72)_redimensionnerCrédit photo : La Team Photo . Manu da Luz, Philippe Pasdeloup, Florian et Jo Carmona, Daniel Cigliano, Guillaume Leclercq

Que nous réservaient Olivier Muller et Vincent Pelat pour ce 4ème opus de la Fight Night Saint Tropez. Dans un contexte sociétal compliqué où le mot d’ordre était sécurité, le duo a encore une fois trouvé la formule pour faire de la Fight Night un VIP show au succès incontournable.

Car la réussite est totale !

De l’introduction à la conclusion, tout a été parfait, faisant ce quatrième épisode, le meilleur de cette quadrilogie. Ce ring qui apparait comme par magie avec Jérôme Le Banner en son centre, micro en main pour lancer la soirée, il fallait y penser. Le public a répondu présent et garni la Citadelle qui affichait salle comble. Côté VIP, Mickey Rourke était le chef de file symbolique d’une pléiade de personnalités venues assister aux joutes tropéziennes. Jérôme Le Banner, Vincent Lagaff, David Ginola, Amel Bent, Saïd Tagmaoui, Marcel Campion, Bernard Montiel, Tex …. ils sont venus en nombre revoir ou découvrir celui dont on parle de plus en plus bien au-delà du ring, Yohan Lidon.

Lidon en mode bûcheron

Yohan n’a jamais aussi bien porté son nom de « bûcheron ». Comme un bûcheron, il a dû frapper fort, trouver le point faible avant d’appliquer la bonne manière de faire. Il défendait son titre de champion du monde WKN des -79,200kg dans les règles K-1. Pour cela il affrontait l’allemand Danijel Solaja, que l’on connaissait peu avant ce combat même si ses faits d’armes au Kunlun Fight avaient mis la puce à l’oreille des spécialistes, les vrais. A la question, qui es-tu Danijel Solaja, nous pouvons désormais dire que c’est un boxeur puissant, agressif et redoutablement solide. Car tout au long des cinq reprises, il a soigné sa réplique avec un travail sur l’intérieur de la cuisse et de belles séries des deux mains. Lidon a fait du Lidon : des frappes précises et puissantes et un mental à toute épreuve. Son challenger a assumé son rang, prenant l’initiative systématiquement mais en oubliant de rester compact au corps. Cette zone médiane, le français l’a usé en middles, en directs, en genoux sans oublier les pointes que l’on a l’habitude de voir en savate boxe française. Le protégé de Nasser Kacem a construit sans se précipiter ; c’est son expérience qui lui a dicté le chemin à suivre pour aller à la victoire. Patiemment, il a sapé la résistance de l’allemand qui est allé au bout de lui-même malgré un cinquième round compliqué et douloureux. Les frappes lourdes de son champion d’opposant, ont eût raison de sa volonté de vaincre. Au terme des cinq rounds réglementaires, Yohan Lidon s’impose logiquement aux points d’un championnat du Monde complètement fou. L’ambiance poussée à son paroxysme par le public tropézien a amené les deux hommes à rendre la pareil au public. Il faut bien l’avouer, il y a bien longtemps que la France avait accueilli une telle échéance mondiale qui a pris tout son sens ici. Les deux hommes ont pu savourer sans retenu leur prestation. Yohan Lidon décroche un quinzième titre mondial et envoie un message fort à tous ses prétendants. Bien entendu, les propositions ne manquent pas mais un combat devient évident pour Yohan. Celui qui l’opposera à Nieky Holzken considéré comme le numéro 1 de sa catégorie.

Dylan Salvador, poursuit sur sa lancée

Face au russe Roman Babaev, Dylan Salvador a confirmé plusieurs choses. D’abord il est en grande forme puisqu’il a signé un deuxième succès de rang. Ensuite les règles du K-1 lui siéent à merveille ; elles lui permettent de laisser exprimer son efficacité. Enfin c’est clairement un des leaders de la division des -67kg puisque Roman Babaev est un boxeur qui a tenu la distance face à des pointures comme Sayiok, un bon repère pour le français qui lui avait battu le thaïlandais. Le français a rapidement pris la mesure de son adversaire, plaçant son travail au corps, typique des « nassériens » (ndlr : sociétaire de la Team Nas-R.K) et notamment son direct au plexus. Sans se précipiter, après une première reprise d’observation, Dylan durcit, prend de vitesse son adversaire et plie la rencontre avec un direct au corps qui est venu parachever l’effet des coups précédents. Belle victoire de Dylan Salvador qui relèvera un autre défi face au thaïlandais Manawan Sitsongpeenong le 22 octobre prochain à la Nuit Des challenges.

Tomas Mozny remporte le 500kg Tournament

Accusant 533kg sur la balance, les quatre hommes de ce tournoi inédit devaient assumer le fait d’évoluer dans la division reine. Le poids affiché par la balance a fait son effet sur le public lors de la pesée. Le cubain Daniel Perez prenait la première place avec 151kg mais chez les lourds, le poids ne fait pas tout. Avec 113 kg, le slovaque Tomas Mozny était le plus léger mais pas seulement ; c’est un boxeur intelligent qui a su utiliser le ring et ne pas tomber dans le piège de l’épreuve de force que ses adversaires successifs (Daniel Sam en demi finale et Thomas Vanneste en finale) ont essayé de lui imposer. Dès le premier combat il a donné le ton avec un sens de la remise et une belle mobilité, Daniel Sam travaillant un peu trop en force pour surprendre son jeune opposant. Mozny maitrise bien la remise même s’il manque d’efficacité. Très à l’aise des deux mains (il est pro en boxe), il n’oublie pas de remiser en jambe. Finalement, il va livrer deux matchs identiques face à des adversaires au style similaire. Car vainqueur aux points face à Daniel Sam, il va récidiver face à Vanneste. Ce dernier qui s’est imposé au terme du temps règlementaire face au cubain Daniel Perez, avait montrer une belle envie malgré les frappes lourdes de son rival. Métamorphosé physiquement, Thomas affichait une belle fraicheur physique et un menton en béton. Il peut nourrir quelques regrets en finale où il a laissé un peu trop l’initiative. Son coin lui a demandé plus d’activité, ce qui n’était pas simple face à un Mozny mobile comme jamais. Il s’exécutera en fin de combat avec des frappes lourdes des deux mains. Tomas Mozny s’impose logiquement aux points et remporte ce tournoi atypique, le premier du genre dans la Citadelle.

Susperregui se sort du piège Magomedov

Opposé au russe Suleyman Magomedov, Stéphane Susperregui a dû se montrer très patient face à ce boxeur accrocheur à souhait. En effet, pris de vitesse par le français, Magomedov ne parvient pas à cadrer mais surtout se protéger de la boxe du français. Il va faire le choix du clinch à répétition au grand regret de Susperregui, du public et de l’arbitre qui va le sanctionner à juste titre par un point négatif après moult avertissements. « Ippo » s’énerve un peu, il en a sous le pied et veut en découdre dans les règles de l’art. Il fait mal en jambe mais s’emporte un peu et perd en précision. Mais qui l’en blâmerai avec un rival qui offre un style brouillon et ne trouve pas de solution. Rappelé à l’ordre par son coin, le français use en variant les coups comme il sait le faire. Imposant un rythme infernal au combat, il déborde Suleyman qui ne peut que constater la supériorité du français. Stéphane Susperregui s’impose aux points pour cette première à la Fight Night Saint Tropez. Il a su ne pas tomber dans le piège de Magomedov et sa boxe peu académique il est vrai.

Taiheran Chomanee en impose !

Dans ce championnat du Monde WMC qui opposait la brésilien Taina Duarte à la thaïlandaise Taiheran Chomanee, il faut bien dire que le public en a eût pour son argent. Solide et volontaire, Duarte a fait front face Chomanee mais cette dernière en a imposé tout au long du combat. Redoutable avec ses deux jambes, efficace en corps à corps, Taiheran avait une revanche à prendre contre elle-même. Défait lors des mondiaux IFMA, ce championnat du Monde WMC ne pouvait pas lui échapper. Là encore, nous avons assisté à un vrai titre mondial entre deux femmes qui avaient le niveau pour cela. C’est une volonté de Pascal Arène que de sanctionner des combats titres en jeu crédibles et équilibrés. Chomanee s’est montrée la plus forte dans cette opposition malgré l’abnégation de Duarte qui donnera tout. Vainqueur et donc championne du Monde de boxe thaïlandaise, Taiheran Chomanee n’a pas caché sa joie, consciente de la valeur de ce sacre.

Mikhael Tiuterev des deux mains

Après un show fantastique de présentation qui reprenait le thème musical de Rocky 4 (merci Alex Muller), Mikhael Tiuterev (Russie) et Brian Colette (USA) se sont lancés dans un débat pugilistique où le russe a fait l’étalage de son savoir faire en matière de pugilat. Avec des séries courtes des deux mains, Mikhael a pris l’ascendant dans ce match essentiellement avec ses poings. Peu à peu il a eu raison de la résistance de Colette qui a tenté avec ses genoux d’enrayer la machine russe. Mikhael ne lâchera pas Brian qui va se faire compter dans la troisième et dernière reprise synonyme de calvaire pour lui puisqu’il se fera même sonner sur le coup de gong final. Mikhael Tiuterev s’impose aux points dans ce qui constituait son deuxième combat dans la citadelle.

En lien direct avec le web

box fight-night krush kunlun
ufc ndc bellator k1
afld
k-1-euro1 iska wkn wmc

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :