En continue

Jérôme Lagarrigue présente Red Hook Sonata

lagArts et ring vont souvent de paire. Le ring, la boxe quelle qu’elle soit a souvent inspiré les photographes, les chanteurs, les sculpteurs ou encore les artistes peintres. Jérôme Lagarrigue propose Red Hook Sonata une exposition accueilli par la galerie Olivier Waltman (Paris | Miami) jusqu’au 17 juillet prochain.

C’est un rendez-vous exceptionnel en France avec cet artiste offre un angle de vue inattendue sur les acteurs du ring, modèles pour le coup mais également oeuvre d’art à leur tour.

Communiqué de presse

La galerie est heureuse de présenter la cinquième exposition en France consacrée au peintre franco-américain Jérôme Lagarrigue.

Avec Red Hook Sonata, l’artiste scrute et interroge l’âme de Brooklyn, le quartier où il vit depuis sa sortie de la Villa Medicis, en 2006. Dans cette série mûrie durant trois ans, Jérôme Lagarrigue nous livre un portrait métaphorique de la ville à travers une série de portraits, en particulier de plusieurs boxeurs avec qui il collabore depuis de nombreuses années.

Il représente souvent ces individus dans de très grands formats, dans un cadrage serré, débarrassés de leur apparence, presque réduits à un fragment de visage dont uniquement le regard parfois persiste. Un regard qui pense à autre chose que la pause à tenir, qui n’impose pas un ego et oublie le peintre. Un regard qui représente la personne en tant que telle au moment présent, sans artifice, uniquement absorbée dans le flux de ses pensées intérieures. Jérôme Lagarrigue capte cette part la plus intime d’un être, en suspens dans l’instant et nous la livre telle un chuchotement entre le spectateur et le modèle. Les œuvres du peintre, par sa manière si singulière de « cadrer » son sujet, invitent à la narration et offrent une suggestion où tout n’est pas donné à voir ; où l’imagination est requise pour former l’image complète.

lag2La géologie des visages, tel est le motif central de l’œuvre de Jérôme Lagarrigue. En 2006, son exposition à l’Académie de France à Rome s’intitulait déjà Paesaggio del viso (paysage du visage). Dès 2007, la Galerie Olivier Waltman l’a suivi dans le déploiement de ce motif en lui consacrant quatre expositions personnelles, Boxing, Portraits, Brooklintimate et Closer. Que ce soit le visage d’un noir ou d’un blanc, d’un boxer ou d’un mannequin, un auto-portrait ou une anonyme rencontrée dans un café, peu importe, ce que nous voyons échappe aux limites de l’identité. Et vise l’intime comme l’universel.

Qui est Jérôme Lagarrigue ?

Jérôme Lagarrigue est né en 1973 à Paris, d’un père illustrateur et d’une mère afro-américaine qui est écrivain. Formé à la Rhode Island School of Design, il a enseigné le dessin et la peinture à la Parsons School of Design de New-York. Il a été pensionnaire à la Villa Medicis en 2005 et 2006. Il vit aujourd’hui entre New York et Paris. Son travail peut être vu dans de nombreuses collections publiques et privées, notamment : Ceres Gallery et la Monique Goldstrom Gallery à New York, Metropolitan Opera, New York, Simon Wiesenthal Museum for Tolerance à Los Angeles, National Portrait Gallery, Londres. Il est exposé par la galerie Olivier Waltman (Paris, Londres, Miami).

www.jeromelagarrigue.com

En lien direct avec le web

box fight-night krush kunlun
ufc ndc bellator k1
afld
k-1-euro1 iska wkn wmc

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :